TON ÉMINENCE GRISE

Tu en as marre des formations et des coachings ? Tu cherches uniquement des réponses avec une précision chirurgicale ?

Stratégie, vente, administratif, juridique, investissement, fiscalité, je réponds à toutes tes questions avec un niveau de clarté, précision et détail que tu ne trouveras nulle part ailleurs.

Au cours des 15 dernières années, j'ai fondé, dirigé et vendu 8 entreprises dans 5 pays, essentiellement dans l'ingénierie, le conseil et la finance, et maintenant je passe le flambeau.

Postuler pour être conseillé par Florian

Domaines :

ADMIN, JURIDIQUE et EXPAT
Ne plus être seul avec tous les problèmes administratifs, bancaires, fiscaux, comptables, et juridiques de l'entrepreneur international.
STRATÉGIE et CLIENTS
Comprendre ses clients et son marché à un niveau nettement plus avancé pour extraire un maximum de valeur tout en simplifiant grandement sa stratégie.
AUTOMATISATION AVANCÉE
Viser 3M€ de CA avec 2-3 personnes. Informatiser ou déléguer tout ce qui est hors de sa zone d'excellence. Travailler "sur" son business plutot que "dedans".
ASSOCIÉS et PARTENAIRES
Trouvers des gens pour se compléter efficacement, diversifier ses sources de clients et moins dépendre du marketing et de la pub.
INVESTISSEMENTS
Investir à long terme dans des entreprises stables de l'économie réelle temporairement sous-évaluées, comme Warren Buffet, pour créer des revenus passifs.

Expérience

J’ai beaucoup changé au cours des 15 dernières années.

En 2005, j’étais un introverti incapable de comprendre les autres, et a fortiori de vendre.

J’étais un geek qui ne s’intéressait qu’à la technique.

J’incarnais l’archétype du geek, version extrême : extrêmement bon avec les ordinateurs, et extrêmement mauvais dans les situations sociales.

Par exemple, j’ai commencé à manipuler le « shell système » (voir photo ci-après) vers l’âge de 4 ans. Normalement, on apprend à lire vers 7 ans et l’anglais vers 11 ans. Mais j’ai appris à déchiffrer à force de tester.

Mon enfance. Tous les jours.

Et, à côté de ça, j’ai toujours été considéré comme « le mec bizarre » dans toutes les classes que j’ai fréquenté. Les seuls « amis » que j’avais, c’était les autres marginaux, mais c’était clairement plus par défaut que par choix.

Les autres me faisaient peur.

Si on avait dit aux gens à l’époque que je ferai ma carrière dans la vente, tout le monde aurait éclaté de rire.

Pourtant, il fallait bien que je la gagne ma vie. Alors, j’ai commencé tout en bas, comme équipier à McDonald’s, avec mes 600€ par mois à mi-temps, en 2004.

Au bout d’un an, j’ai eu assez pour me payer un BTS en informatique de gestion. J’étais stressé la veille de la rentrée car je craignais de ne pas être assez compétent en informatique.

J’ai fini major académique, premier sur 16,043 candidats cette année-là.

J’ai donc pu accéder à une école prépa en région parisienne. On m’a dit que les gens qui venaient de ma formation avaient très peu de chance de succès. J’en ai chié. Pendant des mois. J’ai pleuré. Souvent. Mais j’ai fini major là aussi. Et 14eme sur 3089 candidats en national. J’ai pu intégrer l’une des dix meilleures écoles d’ingénieurs française, sur 252 écoles à cette époque.

J’ai appris une chose : même quand tout le monde te dit que ce n’est pas possible, et que tu es exténué, tu peux en réalité aller beaucoup, beaucoup plus loin que tu ne l’imagines.

Mais à part devenir une brute intellectuelle, je ne comprenais toujours rien aux humains jusque-là.

Il y a seulement 10 ans en arrière, quand j’avais 23 ans, juste après mon école d’ingé, pour que tu comprennes mon niveau d’isolement, j’ai eu des périodes de ma vie où pendant 6 mois non-stop je n’ai vu un être humain que quelques minutes par semaine, l’épicier de la vieille ville d’Evry, en banlieue Parisienne. Je crois qu’on peut parler d’ermite à ce stade.

J’étais incapable d’aller vers les autres, parce que je ne comprenais pas comment fonctionnaient socialement les gens. Vendre, pour moi, que ce soit en face à face, au téléphone, ou sur internet, c’était un « don » que tu avais ou pas.

Et moi je l’avais clairement pas.

Je n’imaginais pas une seule seconde à l’époque que ça pouvait s’apprendre, exactement comme le piano.

Du coup, quand je me suis lancé en tant que freelance, je n’ai donc pu compter que sur le bouche-à-oreille. Autant te dire que quand je signais 3 clients par an, c’était déjà immense. Et si j’arrivais à gagner le SMIC, j’étais content.

C’est frustrant quand tu sais que t’es pas con, mais que pourtant tes résultats ne sont pas à la hauteur de tes espérances.

Pour ne rien arranger, quand l’ancien organisme social français RSI a eu un gros bug vers 2012, je me suis retrouvé avec un redressement fiscal de 185’460€.

10 fois plus que ce que je gagnais par an à l’époque.

Évidement, aujourd’hui, ça m’empêcherait pas de dormir, mais, à l’époque, c’était énorme pour moi.

J’ai eu mes comptes bancaires saisis par huissier, la totalité de mes économies englouties, alors que je n’avais strictement rien fait d’illégal et que j’avais tout déclaré en bonne et due forme.

Erreur informatique en votre défaveur.

Je n’avais plus de quoi payer le loyer, et même pas de quoi payer un avocat.

J’ai sombré dans la dépression. Le genre où tu pleures toute la journée.

Quand ta situation financière est fragile, une merde comme ça qui te tombe dessus, et tu penses très fort à mettre fin à tes jours.

Juste pour te dire que j’ai vraiment touché le fond, et que je ne fais pas parti de ces chanceux.

Avance rapide, 10 ans plus tard, mon business de freelance (aujourd’hui fermé) a explosé, car je suis passé de 350 € par jour à 5000 € par jour. La raison pour laquelle je l’ai fermé, c’est tout simplement parce que ce n’est pas aussi rentable que ce que je fais actuellement.

Actuellement, je suis formateur en vente B2B avancée chez Airbus Defence & Space. C’est la branche militaire d’Airbus qui vend l’avion de chasse Eurofighter Typhoon.

J’interviens dans les incubateurs du groupe pour former les ingénieurs à la vente, dans le cadre de projets d’intrapreneurship. Ce sont les salariés ingénieurs dans l’aérospatiale qui veulent monter leur boîte, et Airbus les accompagne contre une part dans leur business. Et Airbus me sollicite pour venir former ces gens extrêmement brillants.

Dans ce genre de projets, dont je ne peux pas parler car sous contrat de confidentialité – certains projets relevant de la sécurité nationale – on ne vend rien à moins de 100M€, et les deals sont souvent en milliards, voire dizaines de milliards d’euros.

Mais c’est même pas ça qui me rapporte le plus aujourd’hui.

C’est pas non plus les accompagnements que je vends à des entrepreneurs de haut niveau, réalisant déjà des chiffres d’affaires en millions d’euros. Ca, même si ca rapporte quelques centaines de milliers d’euros par an, c’est surtout pour le plaisir d’échanger avec des gens comme moi.

Ce n’est pas non plus mes conférences en université (j’ai été brièvement enseignant universitaire à la Sorbonne à Paris, pendant un semestre en 2017, dans l’ancienne fac de science UPMC) et en école d’ingénieur (Mines de Paris, Telecom SudParis, etc..). Ca aussi c’est pour le plaisir de rencontrer des gens.

Non, ce qui me rapporte le plus, c’est une de mes entreprises dans le conseil en fusions-acquisitions. J’accompagne des multinationales à trouver leurs prochaines acquisitions. Ce sont des acquisitions entre 100 et 500M€, et je suis payé en pourcentage sur ces montants, entre 0,5% et 2%, selon la difficulté.

C’est un peu comme le travail d’agent immobilier, sauf que j’achète/vend des entreprises à la place des maisons. Alors oui, ca, c’est sûr, c’est pas forcément accessible à tout le monde, mais comme je suis une brute analytique, je prends vraiment plaisir à éplucher les 15,000 pages de rapports analytiques de ces entreprises, pour ensuite expliquer à mes clients des multinationales comment maximiser l’impact de leur acquisition sur leur cours boursier. Bref, de gros enjeux. Mon dada.

Et, au fond, même si le processus de vente est beaucoup plus complexe, au final, ca reste une personne qui discute avec une autre, et qui trouve un moyen mutuellement bénéfique de collaborer. La définition même de la vente.

On peut passer de quelqu’un de timide, socialement handicapé, qui galère à boucler les fins de mois en n’y connaissant rien à la vente, et en n’ayant strictement aucune prédisposition pour ça, à quelqu’un qui va devenir bon dedans au point d’en faire sa vocation.

Bon ok, ca m’a pris 15 ans en tout. Mais si j’avais su à l’époque ce que je sais aujourd’hui, ca ne m’aurait pris que quelques années pour revenir à ma situation actuelle.

Parce que oui, ma vocation, c’est devenu d’aider les entreprises à grandir à très haut niveau, mais sans dépendre du marketing, de la publicité ni des plateformes.

D’ailleurs, je n’ai jamais fait un seul contenu / vidéo / blog / email / etc.. avant d’avoir déjà réussi. Et j’ai rarement prospecté en direct mes clients, j’ai toujours mis en place un réseau de partenaires pour me les envoyer.

Après, je ne veux pas vendre du rêve : tout le monde ne fera pas des dizaines de millions dans sa vie. Mais avoir une vie chouette, oui, c’est possible, selon ce que les gens sont capables et prêts à faire.

Juste pour te dire que tu peux toi aussi partir de très loin et percer quand même depuis le fond de ta grotte, sans avoir à sortir de ton lit. Par contre, ça demande de savoir des choses qui vont radicalement à l’encontre de ce que tout le monde fait (et c’est aussi pour ça d’ailleurs que la plupart des entrepreneurs ont des résultats moyens).

Quand tout le monde court après la dernière technique marketing à la mode, moi j’entraîne mes clients à mieux maitriser les fondamentaux qu’ils croyaient jusque-là connaitre. Mais on va y revenir.

Personnalité

Vu que c’est pas juste un savoir que tu achètes, mais aussi mon expérience unique, il faut que je te parle un peu plus de qui je suis et en quoi je suis différent.

Je suis ingénieur de formation comme je l’ai dit. Je me définis comme un analyste. J’ai une personnalité atypique. On dit de moi que je suis un « haut potentiel », mais je pense que l’intelligence est un peu surévaluée de nos jours, et le travail sous-évalué. Je suis INTJ. Je suis introverti mais pas timide. Je suis très à l’aise pour faire un discours devant 5000 personnes, mais j’aime passer 99% de mon temps au calme chez moi.

J’aime le calme pour pouvoir penser. Je déteste les lieux bruyants, comme les boîtes de nuit.

Je ne sors de chez moi qu’une fois par mois, en moyenne. Je me fais livrer la plupart de mes courses et repas.

Une des raisons pour lesquelles j’aime passer autant de temps chez moi, c’est que mon cycle de sommeil change continuellement. En moyenne, je me décale d’une heure tous les jours. Je tourne en continu autour de l’horloge et ça me convient très bien. J’adore travailler la nuit. Et parfois, c’est pratique aussi d’être de jour de temps en temps pour certains rdv (avocat, notaire, médecin, etc..).

Pour me simplifier la vie, en règle générale, je ne prends pas de rdv, sauf si c’est pour ma santé (médecin, mais c’est rare) ou si c’est pour une affaire à plus de 100k€. Dans tous les autres cas, email ou chat texte, asynchrones, me vont très bien.

D’ailleurs, comme je ne prends pas de RDV, les rares appels téléphoniques que je prends pour mes clients privés sont improvisés quelques minutes avant (genre « t’es dispo 30 min ? Ok, on s’appelle »)

Je passe 95% de mon temps sur mon lit à travailler.

Sur les 17h où je suis éveillé chaque jour, je passe :

J’aime les choses simples.

J’en ai terminé de ma vie à monter des systèmes complexes.

Je suis minimaliste.

Uniquement les fondamentaux.

Le 20% qui apporte 80% des résultats.

Financièrement, ça fait 10 ans que je ne me suis jamais inquiété pour l’argent. Ça ne fait que monter sur mon compte en banque. J’achète tout ce que je veux, quand je veux. Mais, honnêtement, je ne veux pas grand-chose. Je ne suis pas matérialiste. Je suis minimaliste, et j’aime l’idée que toutes mes possessions terrestres tiennent dans un sac à dos.

Ça m’arrive de prendre des hôtels 5 étoiles à Zurich, c’est confortable, mais ça ne contribue pas foncièrement à mon bonheur. Mon bonheur, c’est la paix intérieure. Le calme. La sérénité. Être zen.

J’adore la pluie, le tonnerre, les forêts et la montagne. Les 4 en même temps si possible. Et ça tombe bien, parce que ma femme est Suisse. Je suis marié et très heureux d’avoir une épouse si douce. Elle aime aussi rester à la maison, lire et enseigner le yoga en ligne. On a des projets d’enfants. On a 4 centres d’intérêts communs : manger, la nature, prendre soin de notre santé et un intérieur cosy. Notre projet est de vivre dans un chalet isolé en forêt ou en montagne.

Je déteste la chaleur et la plage. J’aime les forêts à l’ombre. Mon paradis à moi : les forêts tempérées humides. Typiques de la côte ouest du Canada. Avec des arbres centenaires et des fougères un peu partout (ma plante préférée). J’adore l’odeur de sous-bois et la fraîcheur du brouillard matinal.

Aucun de mes clients n’a de Lamborghini, de Rolex ou ne voyage en jet privé. Enfin, pour les jets, juste mes clients corporates, mais c’est pas les leurs. Et c’est pas pour frimer.

Notre plus grand luxe avec ma femme, c’est de pouvoir prendre Uber quand ça nous chante.

Pouvoir voyager quand tu veux et où tu veux, de la veille pour le lendemain, avec taxi qui t’emmène partout où tu veux.

Et même le payer à la journée comme chauffeur particulier si tu le souhaites.

Ca c’est bien pratique quand je vais dans des pays qui ne comprennent pas l’anglais (ex: Asie, Moyen-Orient), et que je suis en tournée de prospection pour racheter des entreprises. Je prends un chauffeur local à la journée, une assistante traductrice freelance et parfois un de mes avocats. Je ne fais pas ça souvent, mais c’est très pratique quand j’en ai besoin.

Ou voyager sans devoir réfléchir à l’avance à cause du prix des billets.

Ou que des gens viennent faire le ménage ou cuisiner chez nous quand on le souhaite.

Pour moi, le vrai luxe, c’est de régler tous les tracas du quotidien.

Te faire livrer tes courses

Te faire livrer des plats sains et délicieux

Quelqu’un qui fait ton ménage, et s’occupe aussi de ton linge et du pressing.

Mon autre plus grand luxe, c’est aussi d’avoir plusieurs avocats et comptables pour s’occuper de mes affaires à distance.

Pour l’anecdote, j’en ai 8 dans 5 pays différents, au service de mes entreprises, pour des besoins différents. Mais pas à plein temps, juste quelques heures par mois chacun.

Aujourd’hui je reçois plus de courriers menaçants d’organismes sociaux. D’abord parce que je suis hypercarré pour prévenir les problèmes en amont, et ensuite car je gagne 100% de mes procès contre les Etats, les administrations et les organismes de santé/retraite en aval. Avant je me faisais racketter par certaines administrations incompétentes, maintenant, c’est moi qui les met à l’amende quand ils font des erreurs, donc plus personne ne m’embête.

Ca aussi, c’est un grand luxe, de savoir que, quoi qu’il arrive, n’importe quelle crotte que te lancera un organisme incompétent, je serai en mesure de les contrer avec une simplicité déconcertante.

Le Club B

Qu’est-ce que c’est ?

Le Club B, c’est d’abord un groupe WhatsApp, sur lequel je réponds, par texte, en moins de 24h et de façon claire, précise et fiable à toutes tes questions business, marketing, vente, mindset, stratégie, administratif, juridique, fiscal, etc..

C’est du consulting à la demande, avec quelqu’un qui fait ton métier depuis des années. Je t’apporte des réponses claires, précises et fiables pour te donner de la clarté, éliminer toutes les mauvaises options, pour que tu puisses te libérer l’esprit et te concentrer sur ce qui marche le mieux.

Si besoin, lorsque tu as des questions complexes, je vais en profondeur, et j’écris parfois en réponse des articles très détaillés de 10+ pages pour expliquer avec précision quelque chose. Parfois je fais aussi des présentations en vidéo d’une heure sur le sujet pour te donner toutes les clés.

Mes clients disent que je leur donne une grande clarté dans leur business.

Ils disent aussi que je suis rassurant, que je leur apporte de la sérénité.

Je suis, d’après eux, une « assurance anti-pépin » en cas de galère administrative (ex: avec ta banque ou l’URSSAF), de problème juridique (ex: avec un client ou concurrent), ou avec les impôts.

Ensuite, le Club B, c’est aussi la librairie du Club B, la liste de tous mes guides pour développer une activité en ligne d’accompagnement ou de service. 10h+ de vidéos, et 100+ pages A4 en 40+ contenus, tous organisés et classés.

Par contre, c’est du consulting à la demande, pas du coaching.

Ça veut dire qu’il y a une base de connaissances à ta disposition, et je répondrai avec beaucoup de plaisir à toutes les questions que tu me poseras sur le groupe, mais je ne viendrai pas te chercher si tu ne me demandes rien. Ce club est réservé aux entrepreneurs autonomes qui sont en mesure de prendre des initiatives.

Ensuite, le Club B, ce n’est pas non plus une conversation individuelle, mais seulement une conversation en groupe sous forme de chat par texte, pour que tout le monde puisse profiter des réponses. Il est cependant possible de me poser des questions en privé pour avoir une réponse anonyme sur le groupe, pour les sujets pour lesquels tu ne serais pas à l’aise, mais je ne réponds pas en privé.

Enfin, le Club B n’a pas vocation à se rencontrer physiquement. C’est un groupe avant tout de partage de connaissance, et, dans une moindre mesure, pour les entrepreneurs casaniers qui aiment socialiser et monter des partenariats sans avoir à sortir de chez eux.

A qui ça s’adresse ?

Mes clients sont souvent dans des métiers de l’accompagnement : coachs, formateurs, experts, consultants et prestataires de services. Des gens qui ont un business de service, online, centré autour de leurs compétences.

Je ne suis pas spécialiste des problématiques liées aux produits physiques, comme les artisans, les commerçants, e-commerçants et dropshippers.

Mes clients sont souvent des gens atypiques, surdoués, hypersensibles, multi-potentiels, etc..

Ils ont entre 25 et 45 ans, et beaucoup ont la trentaine comme moi. Moitié-moitié hommes et femmes.

Ils sont pour la plupart en activité, avec des clients et un revenu plus ou moins régulier.

Les entrepreneurs qui n’ont pas encore monté leur entreprise ou qui démarrent sont aussi les bienvenus mais doivent savoir qu’ils ne pourront pleinement exploiter ma méthode qu’une fois qu’ils auront leurs premiers clients.

Les entrepreneurs qui n’ont pas encore fait de ventes doivent aussi savoir que monter un business sérieux prend du temps, au moins une année complète, contrairement à ce que peuvent laisser croire les marketeurs. Donc ceux qui se lancent sans avoir de quoi financer leur train de vie pour l’année à venir, je ne peux pas les aider.

Dans la même logique, ceux qui se lancent avant tout pour gagner de l’argent plutôt que par amour du métier seront vite déçus. Il n’y a pas d’argent facile dans l’entrepreneuriat. On peut gagner très confortablement sa vie, mais uniquement quand on est passionné et que les milliers d’heures à fournir ne semblent pas être un effort.

Si tu penses que je suis la bonne personne pour toi, je t’invite à découvrir comment nous pourrions travailler ensemble.

Combien ça coûte ?

L’accès au Club B coûte 3000€ hors taxes pour la première année (12 premiers mois), suivi de 2000€ hors taxes les années suivantes, tant que tu restes.

Comment postuler ?

Je reçois beaucoup de demandes depuis plusieurs années, et comme aucun de mes clients actuels ne veut s’en aller, il ne me reste que très peu de place dans mon agenda pour m’occuper de nouvelles personnes. Je me suis fixé un nombre maximal de clients très bas pour garantir un soutien exceptionnel pour chacun d’entre eux.

Néanmoins, je tiens à ce que tout le monde ait sa chance.

J’analyse toutes les candidatures avec beaucoup d’attention. Je ne te promets pas que tu seras accepté(e), car, d’abord, je ne peux pas prendre tout le monde, j’ai trop de demandes, et, ensuite, je ne suis pas superman, je ne suis pas expert dans tous les genres de business. Je veux donc avoir la certitude d’être en mesure de pouvoir t’aider avant de l’accepter. Du coup, si jamais tu n’étais pas accepté(e), ne le prends pas mal, car cela voudrait simplement dire que je ne suis pas la bonne personne pour toi. N’ai donc aucun regret dans ce cas.

Je te répondrai sous 3-4 jours, le temps de pouvoir bien y réfléchir, et, quelle que soit la réponse, positive ou négative, et je t’expliquerai toujours les raisons.

Clique ici pour candidater

BIENVEILLANT
J'apprécie Florian comme s'il faisait partie de ma propre famille. Que ce soit pour sa bienveillance, pour sa réactivité, pour ses coachings et son humanité.
Arnaud Riviere
MAGICIEN
Je ne sais pas comment je pourrais faire sans Florian, il a réponse à tout. Avec lui, les problèmes les plus complexes sont d'une simplicité déconcertante. C'est un magicien du business.
Laurent Delverato
EXPERT
Florian a masterisé la connaissance client. C'est pas de l'improvisation, c'est un vrai travail de fond. Ca a radicalement changé mon business.
Thomas Routier
ESSENTIEL
Florian a cru en moi, m'a apporté sa bienveillance, et m'a fait prendre conscience que j'étais capable de réussir. Il m'a aussi aidé à déterminer les actions ciblées qui ont eu le plus de résultats. Ce sont les deux pilliers essentiels de ma réussite.
Elise Bouskila
HORS-PAIR
Florian est une personne avec un cœur énorme, une sincérité et une lucidité à toutes épreuves et un professionnalisme comme je n'en avais jamais vu. C'est une personne hors-pair que je n'aurais jamais cru rencontrer un jour sur mon chemin.
Vincent Tamisier
300k€ EN 30J
Florian nous a aidé à completement repenser la stratégie de notre business et nous avons fait un lancement à 300k€ en mai 2019. On a fait en 30 jours plus de ventes qu'en 2 ans auparavant !
Anne-Sophie Durac
3.7M€ DE CA
Je suis passé de 120'000€ de CA en 2015 à 3.7M€ en 2018. Il a été multiplié par plus de 30 en 3 ans. Les chiffres parlent d'eux-même.
Ludovic Maltaisant
CA RECORD
J’ai fait un CA record avec Florian. Je n’ai plus peur de vendre mes coachings à 3000 euros. Et, du coup, ils se vendent !
Lula Morales
UN PILLIER
Florian est un pilier tellement important dans ma vie de femme entrepreneuse. Florian a su me soutenir lorsque j'étais au fond du trou. Un vrai cadeau sur mon chemin de vie.
Chadharoine Halidi
ÉMINENCE GRISE
Florian n'apparait que trés rarement en public, mais intervient en coulisse dans les plus grosses affaires. Peu de gens le savent, mais il a des minitres, des milliardaires et même des généraux dans ses contacts. Florian m'a ouvert les portes de réseaux aussi puissants que discrets, où des gens décident de contrats en centaines de millions au restaurant. Il est l'éminence grise des puissants.
Julien Valmard
SIMPLICITÉ
J'aime le côté hyper précis et pointu des réponses de Florian (on sent la grosse expertise derrière), tout en les rendant simples à comprendre à n'importe qui. Je sens une envie d'aider vraiment sincère, non forcée. Le mot que je mets sur Florian, c'est : simplicité. Simplicité dans ce qu'il transmet, dans sa relation aux gens, dans sa pédagogie. C'est un expert, mais je n'ai jamais cette impression qu'il se positionne "au-dessus" des gens. Il cherche toujours à les élever.
Elodie Tasia
PROTECTEUR
En 2020 j'ai eu problème avec un client qui ne voulait pas me payer et faisait du chantage pour toujours obtenir plus de travail de ma part. Florian m'a préparé un courrier pour ce client, je peux vous dire qu'il immédiatement payé dés qu'il l'a recu ! C'est rassurant d'avoir un "protecteur" comme Florian. Je peux me concentrer sur mon métier, sans stresser avec ce qui pourrait arriver.
Marie Valmatin
HYPER-EFFICACE
Florian est une brute d'exécution et d'analyse. Je suis fasciné par son hyper-efficacité. Il a formé les ingénieur-commerciaux d'Airbus pour vendre des deals à 50 milliards. Il a completement changé ma façon de travailler.
Frank Herton